Vous avez sélectionné des documents à télécharger. En quittant le site, votre sélection sera perdu.

Quittez le site Voir mon dossier
Des projets pour demain

Un nouvel avenir pour les hommes, un nouvel avenir pour les meubles

Le 15 mars dernier, à Lyon, les 7 stagiaires de la toute première session de formation à la revalorisation du matériau bois que nous avons conçue et mise en place au sein de l’atelier et chantier d’insertion du FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI, en partenariat avec l’UNAMA et avec le soutien de la Fondation Maisons du Monde, ont reçu officiellement leur Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) « Intervenant(e) en revalorisation de mobilier et d’agencement » des mains de Patrick Kruze, Directeur délégué de l’UNAMA. L’occasion d’échanger de nouveau avec les participants et artisans-formateurs que nous avions rencontrés l’an dernier, afin de recueillir leurs impressions à l’issue de cette formation et d’en savoir plus sur leurs projets et aspirations.

Pendant cinq mois, les 7 stagiaires du FOYER ont appris à travailler le bois, à développer leur créativité, à mener en équipe un projet d’upcycling d’un vieux buffet ou de customisation d’une armoire centenaire, sous l’œil bienveillant des artisans-formateurs et des encadrants techniques d’insertion. Donner une nouvelle vie à d’anciens meubles leur a, pour nombre d’entre eux, ouvert de nouvelles perspectives professionnelles, et, surtout, leur a redonné confiance en l’avenir.

> Découvrez notre article sur cette formation à la revalorisation du matériau bois

> Relisez nos portraits des stagiaires, encadrants et artisans-formateurs

« Cette formation m’a appris à respecter la matière »

Bien que contenue, l’émotion est palpable dans l’atelier et chantier d’insertion du FOYER, où se tient la cérémonie de remise des diplômes. Un lieu où l’on peut découvrir, fièrement exposés, les meubles upcyclés, relookés et revalorisés par les stagiaires avec beaucoup de soin, d’inventivité et de professionnalisme. Tous les participants à cette formation sont présents, futurs diplômés, artisans-formateurs, encadrants techniques d’insertion ; certains un peu intimidés, d’autres ravis de nous expliquer ce que leur a apporté cette formation et leurs projets à venir.

« J’ai 65 ans et j’ai essentiellement travaillé dans la décoration, la fabrication d’objets et d’accessoires, en Argentine, au Brésil puis en France. J’ai donc déjà beaucoup d’expérience et j’ai toujours utilisé le bois comme support, nous explique ainsi Guillermo Graham, l’un des stagiaires qui s’apprête à recevoir son diplôme.  Grâce à cette formation, j’ai appris à travailler le bois autrement, à respecter la matière, à prendre en compte la finition. J’ai aussi appris à faire des assemblages, des assemblages à lamelles notamment, à bien utiliser la colle chaude, à réparer les meubles avec précision et exigence. J’ai acquis également des connaissances sur les différents types de bois et comment les travailler spécifiquement. »

Pour Alexis Corujeira, qui a également suivi cette formation, le réemploi des meubles usagés a été une révélation. « J’ai un CAP menuiserie, qui m’a apporté toutes les connaissances de base. Avec cette formation, j’ai pu aller beaucoup plus loin sur le plan créatif, en imaginant des assemblages atypiques, avec de beaux résultats. J’ai aussi beaucoup aimé rénover de vieux meubles, leur donner une seconde chance. J’aimerais par la suite trouver un emploi dans ce domaine. »

Un triple objectif atteint pour cette formation innovante !

L’heure de la remise des diplômes arrive. L’occasion pour les différents acteurs ayant permis à cette formation de voir le jour, de féliciter les stagiaires, les artisans-formateurs et les équipes d’encadrement du FOYER. Et de rappeler à quel point ce CQP, au contenu pédagogique solide et rigoureux, est essentiel pour favoriser l’insertion des personnes éloignées de l’emploi, professionnaliser les équipes des structures de l’Economie Sociale et Solidaire chargées de revaloriser les vieux meubles, augmenter le taux de réemploi du mobilier usagé et réduire ainsi l’impact environnemental de ces produits. Une formation qui n’aurait pu être mise en place sans le soutien de la Fondation Maisons du Monde. « Nous avons à cœur de soutenir des projets innovants et qualitatifs, et ce CQP répondait à toutes nos attentes, explique ainsi Lisa Mimoun, Coordinatrice projets de la Fondation Maisons du Monde. Les clients des magasins Maisons du Monde ont également adhéré en nombre au projet grâce à L’Arrondi en caisse, système permettant à chacun de réaliser un micro-don au moment du paiement de ses achats. »

« Un rêve d’enfant qui se réalise »

Une fois leurs diplômes officiellement remis, stagiaires et formateurs acceptent de nouveau de nous parler de leurs futurs projets. Léa Clair nous confie ainsi vouloir faire l’an prochain un CAP Ebéniste à l’Association pour la Formation Professionnelle des Industries de l'Ameublement (AFPIA). Pour Pascal Grenier, rien n’est encore sûr pour la suite, mais il a très envie de continuer à travailler le bois : « Avec cette formation, j’ai appris à rénover le bois, à créer de nouveaux meubles à partir d’ancien mobilier. Mon grand-père était menuisier. Travailler dans le même domaine que lui, c’est un rêve d’enfant qui se réalise, un lien de filiation qui se recrée à travers le bois. » Baptistin Landon, encadrant technique d’insertion se remémore quant à lui la très forte implication de chacun : « On a eu un retour extrêmement positif de l’ensemble des stagiaires, qui ont apprécié découvrir un métier, acquérir toutes ces connaissances et techniques aux côtés de professionnels du bois. L’équipe de formateurs a quant à elle été tout de suite très impliquée dans ce projet.  Dès le premier jour, on a senti un dynamisme fort, chez les formateurs comme chez les stagiaires. » 

Un dispositif qui contribue à réduire l’impact environnemental des meubles usagés

Aujourd’hui, une nouvelle promotion de stagiaires participe à cette formation innovante au sein du FOYER. Afin qu’un maximum de salariés des structures de l’ESS soient formés au réemploi et à la réutilisation des meubles usagés et que cette démarche contribue ainsi à réduire concrètement l’impact environnemental de ces produits, l’objectif est désormais de procéder rapidement à un essaimage national de ce dispositif.

Que pensez-vous de cet article ?