Vous avez sélectionné des documents à télécharger. En quittant le site, votre sélection sera perdu.

Quittez le site Voir mon dossier
Bonne pratique

Quand le sablage dope le réemploi des meubles

Emmaüs-Mauleon

La communauté d’Emmaüs de Mauléon (79) offre à ses visiteurs la possibilité d’acheter des meubles décapés par sablage. Avantage : le meuble ancien devient prêt-à-repeindre et l’acheteur peut ainsi plus facilement le personnaliser.

«Depuis quelques années, nous nous posions des questions vis-à-vis des meubles qui ne trouvaient pas preneur dans notre salle des ventes. Quelqu’un nous a soufflé l’idée du sablage pour redonner un aspect brut au bois des meubles. Nous nous sommes lancés dans cette activité il y a trois ans, car l’investissement initial nous paraissait accessible», se souvient Jean-François Girard, responsable de la Communauté d’Emmaüs de Mauléon (Deux-Sèvres). Depuis, grâce à cette technique, les meubles les plus intéressants sont décapés et vendus en l’état. Modernisés, ils deviennent plus attrayants pour les clients qui peuvent ensuite les cirer, les vernir ou les peindre à leur convenance.

Réemploi des meubles : +10%

Le public a vite accroché. Ainsi, la prestation de sablage des meubles usagés permet à la Communauté Emmaüs de Mauléon d’augmenter d’environ 10% son taux de réemploi des meubles collectés. La plupart des acquéreurs de meubles décapés apprécient l’aspect prêt-à-peindre qui leur épargne la fastidieuse étape de préparation du meuble à personnaliser. D’autres apprécient tout simplement l’aspect du bois brut. « Soit nous sélectionnons nous-mêmes, dans notre stock, les meubles que nous décapons par sablage, soit ce sont les acquéreurs qui repèrent un meuble dans notre salle de vente et qui nous demandent cette prestation complémentaire », explique Jean-François Girard.

La Communauté d’Emmaüs dont la mission est, en premier lieu, d’aider des personnes en difficulté à se réinsérer, trouve aussi dans le décapage par sablage une activité qualifiante. Les compagnons sont formés à cette technique et aux consignes de sécurité qu’elle exige : «C’est un plus dans un C.V.», confirme Jean-François Girard.

L’idée a fait son chemin. Présentée il y a deux ans lors d’une réunion inter-communautés elle a déjà inspiré deux autres groupes Emmaüs qui, à leur tour, se sont lancés dans l’activité de décapage par sablage des meubles usagés.

Pour en savoir plus

Que pensez-vous de cet article ?