Vous avez sélectionné des documents à télécharger. En quittant le site, votre sélection sera perdu.

Quittez le site Voir mon dossier
Au service de l’économie circulaire

Le rôle clé de l’économie sociale et solidaire dans la filière Éco-mobilier

ESS

Les structures de l’ESS et Éco-mobilier partagent de nombreux objectifs. Une récente rencontre, à Pau, a permis aux différents partenaires de mieux se connaître et d’échanger.

Eco-mobilier a organisé, fin mars à Pau, deux tables rondes qui ont réuni plusieurs partenaires de l’économie sociale et solidaire (ESS), impliqués dans la filière du recyclage des meubles dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées.

Faire dialoguer des univers qui se croisent, mais ne se connaissent pas nécessairement, est un des enjeux prioritaires des rencontres régionales Éco-mobilier.

Les nombreux échanges ont permis de mettre en avant le rôle essentiel tenu par les structures ESS dans la filière Éco-mobilier, notamment dans sa perception par le grand public. Ainsi, Germain Sarhy, fondateur de la communauté d’Emmaüs Lescar-Pau, affirme que ce qui pousse le public à venir déposer leurs encombrants au « Village », c’est non seulement l’idée que celui-ci sera recyclé, mais aussi l’action sociale favorisée par la Communauté.

 

Trois consommateurs sur quatre plébiscitent le réemploi

Point de vue complémentaire d’Adrien Tchang-Minh de l’Association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV), la deuxième plus importante association de consommateurs en France. Celui-ci explique que si le réemploi n’est pas un phénomène récent, les consommateurs portent aujourd’hui sur cette pratique un regard plus positif : « Nous avons mené des enquêtes qui montrent que 75% des consommateurs sont favorables à la reprise en magasin ».

Réemploi des DEA et professionnalisation des ESS « Éco-mobilier partage des objectifs communs avec les structures de l’économie sociale et solidaire, qui sont d’une part de privilégier le don aux associations pour l’activité de réemploi et d’autre part d’accompagner la professionnalisation des structures », a rappelé Cyril Roux, responsable régional Sud-Ouest d’Éco-mobilier.

Cette proximité dans les objectifs se traduit dans les résultats. Les 112 points de collecte des déchets d’éléments d’ameublement (DEA) dans les structures ESS ont permis, par exemple, de collecter pas loin de 7100 tonnes dans le Sud-Ouest.

Que pensez-vous de cet article ?