Vous avez sélectionné des documents à télécharger. En quittant le site, votre sélection sera perdu.

Quittez le site Voir mon dossier
Des projets pour demain

Eco-mobilier contribue à la lutte contre le changement climatique

 

A l’approche de la Conférence qui se tiendra à Paris début décembre, le bilan environnemental d’Éco-mobilier prouve que l’économie circulaire peut contribuer, elle aussi, à la lutte contre le réchauffement climatique. C’est ce que confirment les premières estimations des analyses de cycle de vie (ACV) conduites au sein de la filière.

 

Selon ces analyses, sur la seule année 2015, Éco-mobilier a contribué à éviter le rejet de l’équivalent de 70 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Ce rejet équivaut aux émissions de gaz à effet de serre provoquées par l’éclairage domestique de 1,8 million de foyers français pendant un an ou encore par les vols allers-retours Paris - New York de 70 000 passagers. Cette réduction des émissions a été obtenue en recyclant les meubles usagés et en les utilisant comme combustible dans les cimenteries, à la place des énergies fossiles.

 

Outre cette contribution directe à la lutte contre le réchauffement climatique, le bilan environnemental d’Éco-mobilier fait ressortir deux autres points positifs du recyclage en faveur des écosystèmes forestiers et des ressources non renouvelables. Recycler les vieux meubles en bois participe à l’économie circulaire de la filière bois, tandis que recycler les mousses des matelas et les plastiques permet de consommer moins de ressources non renouvelables issues du pétrole.

 

Autant de performances dont tout le secteur de l’ameublement peut être fier, comme l’explique Dominique Mignon, Directrice Générale d’Éco-mobilier. « Réduire les émissions de gaz à effet de serre et encourager l’économie circulaire sont deux axes de Responsabilité Sociétale des Entreprises prioritaires pour nos entreprises adhérentes. Deux axes auxquels elles contribuent en collectant l’éco-participation qui nous permet de recycler les meubles usagés, de réduire leur mise en décharge et de favoriser l’émergence de nouvelles filières ».

 

Depuis 2013, date à laquelle Éco-mobilier a démarré son activité opérationnelle, la filière a en effet collecté opérationnellement près de 300 000 tonnes de mobilier en fin de vie, dont près de 80 % ont été valorisés et 45 % recyclés.

 

Aujourd’hui, chaque euro de contribution collecté par les entreprises de l’ameublement permet à Éco-mobilier :

  • de financer la gestion de 8 kg de meubles usagés, dont 1,5 kg directement collectés, triés et valorisés par Éco-mobilier, le reste étant géré par les collectivités territoriales.
  • d’éviter l’émission de 400 g de CO2, pour les 1,5 kg de DEA gérés directement par Eco-mobilier.

A chaque fois qu’Éco-mobilier traite 4 tonnes de meubles usagés, c’est 1 tonne d’émission de CO2 en moins dans l’atmosphère.

 

A propos du bilan environnemental

 

Lancé début 2015, après 2 ans d’exercice, le bilan environnemental d’Eco-mobilier a été conjointement réalisé avec Quantis, leader mondial en conseil, expertise et outils pour le développement durable et l’analyse du cycle de vie (ACV). Ce bilan a un triple objectif :

  • Evaluer l’impact de la filière sur une année complète.
  • Identifier les leviers d’amélioration des performances environnementales de la filière tout en lui permettant de se déployer.
  • Sensibiliser les entreprises du meuble aux performances de leur filière et aux enjeux de l’éco-conception.

Réalisé selon les principes de l’Analyse Cycle de Vie (ACV) appliqués au secteur des déchets (ISO 14040-14044), il va de la collecte des meubles usagés à leur traitement, en passant par le transport, le tri et la préparation. Ces chiffres sont une première estimation, en effet par souci de robustesse, Eco-mobilier met en place une revue critique de l’étude. Les résultats définitifs seront disponibles début 2016.

 

À propos de Quantis

 

Quantis est un leader mondial en conseil, expertise et outils pour le développement durable et l’analyse du cycle de vie (ACV). Quantis accompagne les organisations qui souhaitent mesurer, comprendre et gérer les impacts environnementaux de leurs produits, services et activités. Quantis guide différentes entreprises à traduire les résultats issus d’ACV en stratégies commerciales et plans d’action opérationnels.

Que pensez-vous de cet article ?