Actualités

La tapisserie d’ameublement : un savoir-faire ancestral pour relooker ses meubles en mode éco-responsable

Focus sur la tapisserie d’ameublement et son rôle essentiel dans les process de réemploi et réutilisation des meubles usagés, mis en œuvre par les structures de l’économie sociale et solidaire. Avec le regard expert de Nathalie Kaïd, directrice de création de l’Atelier d’éco-solidaire, recyclerie créative située à Bordeaux, partenaire d’Eco-mobilier.

Saviez-vous que vos fauteuils et canapés démodés, vos vieux tabourets et chaises d’un autre temps pouvaient retrouver un nouveau souffle, voire devenir de superbes pièces design grâce à la tapisserie d’ameublement ? Ce savoir-faire très ancien, apparu en France au Moyen-Age fait en effet partie des techniques à la pointe de la tendance dans les domaines de l’upcycling et du design responsable de mobilier. Plusieurs associations, Ressourceries et recycleries, partenaires d’Eco-mobilier pour le réemploi et la réutilisation des meubles usagés, relookent ainsi vos vieux fauteuils en les retapissant. C’est le cas notamment de l’Atelier d’éco-solidaire. Certaines de ces structures de l’économie sociale et solidaire proposent également des ateliers dédiés à la tapisserie d’ameublement pour ses salariés ou bénévoles, et même pour le grand public.

La tapisserie d’ameublement, comment ça marche ?

Prenons l’exemple d’une chaise. Première démarche à entreprendre pour redonner un coup de jeune et de style à son assise :  démonter, dévisser ou dégarnir l’assise actuelle.

Etape réparation

Il s’agit de s’assurer que la chaise est en bon état. Si elle a un pied qui vacille, la chaise doit en effet être réparée avant d’être retapissée. « La tapisserie, ce n’est pas juste un tissu à changer, c’est tout un ensemble, explique Nathalie Kaïd. Une chaise, pour qu’elle tienne debout, il faut qu’elle soit traitée, poncée, réparée. Peut-être faudra-t-il ensuite la repeindre avec des couleurs plus chatoyantes, la patiner ou la vernir. »

Etape sanglage

Ensuite, place à la mise en place des sangles, dont vous pouvez découvrir le process dans cet article du magazine Houzz.

Etape garnissage et habillage

Après avoir choisi les matériaux pour refaire l’assise, il est temps désormais de la garnir, avec de la mousse par exemple, et de l’habiller.

Pour habiller un meuble de façon créative et en mode éco-responsable, on peut utiliser de nombreux types de matières issues de la récupération : textiles, skaï, cuir, smili…  « Tout est possible, mais il faut bien connaître le métier. Une fois que l’on connaît, on peut réfléchir à des astuces. », précise Nathalie Kaïd. « Tout ce qu’on fait, c’est issu de la récupérationAvec la couturière, on fait par exemple du réassemblage, du patchwork de tissus récupérés, on utilise aussi beaucoup les sacs à café pour les assises.

Finitions

Dernière étape, les finitions, avec des agrafes, des clous et autres outils pour bien fixer le tout, avec rigueur et précision.

La tapisserie d’ameublement au sein d’une recyclerie : l’exemple de l’Atelier d’éco solidaire

A l’Atelier d’éco solidaire, les meubles qui passent à l’atelier tapisserie proviennent des apports volontaires, de la collecte à domicile ou au sein d’entreprises. « Les gens ne nous apportent pas de fauteuil pour qu’on le rénove. Il faut que le fauteuil soit acheté chez nous, et ensuite on le fait à façon », explique Nathalie Kaïd, qui décide, avec la tapissière, des chaises, fauteuils, banquettes et canapés qui vont être relookés. « On travaille sur tout style de meuble », précise-t-elle. C’est elle également qui valide la démarche créative définie en amont avec les équipes pour chaque meuble. Nathalie Kaïd : « A l’atelier tapisserie, des professionnels du métier encadrent des stagiaires et bénévoles. Parmi eux, il y a des gens à la retraite, des femmes surtout, on les appelle les « super-mamies ». Elles ont entre 65 et 77 ans et participent à des projets communs. Elles travaillent beaucoup sur des poufs, elles font du tricot, du crochet. Elles trouvent pas mal d’idées pour la tapisserie qui finissent par être concrétisées. ». Les créations de mobilier de l’Atelier d’éco solidaire sont ensuite exposées et proposées à la vente au sein d’un showroom.

Découvrez en images les réalisations de l’Atelier d’éco solidaire :

  • ©Atelier d'éco solidaire
  • ©Atelier d'éco solidaire
  • ©Atelier d'éco solidaire
  • ©Atelier d'éco solidaire
  • ©Atelier d'éco solidaire
  • ©Atelier d'éco solidaire
  • ©Atelier d'éco solidaire

L’Atelier d’éco solidaire en quelques mots

Depuis 8 ans, l’Atelier d’éco solidaire, recyclerie fondée par Fabrice et Nathalie Kaïd à Bordeaux et partenaire d’Eco-mobilier pour le réemploi et la réutilisation des meubles usagés, offre une nouvelle vie aux objets donnés par des particuliers et des professionnels dans le cadre d’une démarche résolument artistique et éco-responsable. Les meubles qui leur sont confiés sont, soit rénovés puis vendus en boutique à moindre coût, soit relookés de façon ultra design avant d’être exposés dans un show-room puis proposés à la vente. L’Atelier d’éco solidaire propose également un service d’aménagement d’espace pour les professionnels (Espace VIP des Girondins de Bordeaux, I.BOAT…) et fournit dans ce cadre des produits relookés, dont des meubles.

Publié le 28/03/2019
Que pensez-vous de cet article ?
  • Malin ! (2)
  • Utile ! (1)
  • Motivant ! (4)