Actualités

Francis Jaouen : Trois décennies de collecte des déchets au compteur

Francis Jaouen, 55 ans, sillonne les routes du Morbihan (56) avec son camion ampliroll pour collecter et acheminer vers les centres de tri, les bennes de meubles et matelas usagés disposées dans les déchèteries des environs de Lorient. Un métier dont il est fier, puisqu’il lui permet de contribuer à l’amélioration de la gestion des déchets par l’optimisation de leur recyclage et de leur valorisation et participe ainsi à la préservation de l’environnement.

Plus de trente ans d’expérience au service de la collecte des déchets

« J’ai commencé à travailler dans le secteur du déchet le 1er juin 1987, au sein d’une petite entreprise de trois chauffeurs, raconte Francis Jaouen. C’était il y a plus de 30 ans ! ». Après plus de trois décennies à parcourir 200 kilomètres par jour au volant d’un camion ampliroll, c’est-à-dire doté d’un bras articulé pour récupérer et transporter les bennes de déchets, Francis maîtrise de A à Z tous les aspects du métier. « Avant de collecter les bennes de meubles usagés en déchèteries et de les transporter vers les centres de tri, j’ai travaillé 22 ans en fonderie, à collecter le sable de moulage, explique-t-il. Aujourd’hui, j’effectue 7 collectes de bennes de meubles usagés par jour dans toutes les déchèteries de l’agglomération lorientaise ainsi que dans celles de Crac’h et Belz. Il faut donc aimer conduire et être souvent en déplacement ! »

La journée type d’un conducteur ampliroll

La mission principale de Francis est de procéder aux opérations de chargement et de déchargement des bennes de meubles usagés, depuis les déchèteries où il va les collecter, jusqu’aux centres de traitement où ces produits seront triés par matière pour être ensuite recyclés ou valorisés énergétiquement. « Le matin, nous commençons à 7 heures. Une fois équipés de nos EPI (Equipements de Protection Individuelle), précise Francis.  Nous procédons aux vérifications techniques obligatoires (pression des pneus, niveaux d’huile et d’eau) et contrôlons l’ensemble des documents administratifs et réglementaires nécessaires à la réalisation des tournées, notamment bordereaux de suivi des déchets (BSD). Puis nous validons, sur une tablette électronique notre tournée de collecte et nous sommes fin prêts pour partir ». La feuille de route de Francis pour collecter les meubles usagés est précisée sur sa tablette. Il doit respecter l’ordre des déchèteries qui y est indiqué. A chaque enlèvement sur les déchèteries, Francis contrôle en premier lieu que les produits figurant dans la partie supérieure et visible de la benne correspondent bien à ce qui doit y être déposé. « Dans le cas contraire, on doit mentionner la non-conformité à Eco-mobilier, ajoute Francis. On prend donc une photo de la benne et c’est transmis ensuite via la tablette électronique. ». Ensuite c’est le bon chargement de la benne meuble qui est contrôlé et tout particulièrement que rien ne dépasse de la benne. En effet, « Toute benne contenant du déchet doit être bâchée pour être transportée sur la route pour éviter les envols, c’est la loi » précise Francis, très respectueux des règles. « Et pour pouvoir installer la bâche, il y a une hauteur à respecter », ajoute-t-il. «Enfin je m’assure aussi que la répartition de la charge dans la benne est conforme aux règles de sécurité ». , Francis la transporte jusqu’au centre du tri SUEZ. Elle sera alors pesée puis vidée au sol afin de contrôler de nouveau la qualité de son contenu et permettre de procéder au tri des meubles usagés  par matière. Avant de repartir du centre pour une nouvelle collecte dans une nouvelle déchèterie, Francis n’oublie pas d’enregistrer toutes les informations sur le bordereau de suivi des déchets qui garantit la parfaite traçabilité du circuit emprunté par les Déchets d’Eléments d’Ameublements de leur collecte jusqu’à leur traitement final.

Les conditions nécessaires pour mener à bien ces missions

Le respect des horaires

C’est indispensable de respecter le planning et les horaires afin de ne pas perturber le schéma de collecte et le fonctionnement des déchèteries. « Si on arrive en retard, les quais des déchèteries s’engorgent et sont inutilisables. Il faut donc être réactif et efficace, qui plus est pour effectuer les 7 collectes journalières ainsi que les chargements et déchargements de la benne », souligne Francis.

Le respect de toutes les consignes de sécurité

On ne peut transiger avec la sécurité, tant pour soi-même que pour les autres qui nous entourent. Cela passe en conséquence par le respect absolu de tous les protocoles de sécurité, à chaque étape de la mission. « Vérification du camion avant de partir, respect des limitations de vitesse sur la route, port obligatoire des EPI, respect des consignes de sécurité une fois arrivés en déchèterie ou dans les centres de tri… Nous devons penser à chaque seconde à la sécurité des personnes avec lesquelles nous travaillons, que nous croisons sur la route et dans les lieux de collecte ou de tri, ainsi qu’à notre propre sécurité », explique Francis. « Par exemple, des usagers, dont des enfants, s’approchent souvent pour regarder le camion et le chargement de la benne. Certains usagers naviguent autour du camion en sortant des déchèteries. Nous devons donc avoir une vigilance de tous les instants. Il y a toute une série de manipulations à faire en sécurité, lorsque l’on accroche la benne à la remorque, autour du camion et autour de la remorque. »

Rigueur et méthodologie

Le chargement et le déchargement de la benne, le remplissage des documents administratifs pour suivre les déchets de leur point de collecte au centre de tri exigent rigueur et précision à tous les instants et dans tous les domaines, lors de la conduite d’un poids lourd transportant parfois jusqu’à deux bennes pour optimiser le transport et en réduire l’empreinte carbone. « Nous ne devons jamais oublier que nous avons une remorque derrière, que le véhicule est long et lourd », précise Francis. « Nous devons être titulaire du permis C et EC lorsque l’on tracte une remorque, et nous avons un complément de formation liée à l’activité des déchets. Nous sommes tellement habitués à conduire ces véhicules, qu’aujourd’hui, on est bien plus à l’aise au volant d’un gros camion que d’une petite voiture ! ».

Un métier de relations

S’il passe du temps seul au volant de son camion, Francis est aussi très souvent en relation avec d’autres personnes. Notamment avec ses collègues du traitement des déchets. « Nous devons être capables de travailler en équipe et de bien nous entendre avec nos collègues. Nous sommes solidaires. Si l’un d’entre nous rencontre des difficultés, il pourra être rapidement dépanné par un collègue. » Il est également accueilli tout au long de la journée par les agents de déchèteries lorsqu’il va récupérer les bennes dédiées aux meubles usagés. Avec eux, il entretient des relations privilégiées, ce qui contribue à la qualité de son travail. Il peut être aussi amené à échanger avec les usagers des déchèteries « Quand on vient à la déchèterie pour charger la benne, de nombreux usagers nous demandent ce que deviennent ensuite les meubles usagés, où on les emmène. Même si j’ai des contraintes horaires, je prends toujours quelques minutes pour répondre à leurs questions. » Afin de veiller à la qualité de ces relations, Francis met un point d’honneur à être toujours courtois et chaleureux avec chacun de ses interlocuteurs. « Avoir le sourire, dire bonjour, avoir de bonnes relations, être poli, ça ne coûte rien et on y gagne ».

Un métier de convictions

Pour Francis, on ne peut pas faire ce métier si l’on n’a pas un minimum d’engagement pour la préservation de l’environnement. « Moi, ce qui me plait, c’est que l’on recycle les déchets. Avant, tout partait à la décharge et était enfoui. Quand j’ai commencé, il n’y avait aucun flux de traitement et de recyclage des déchets. Le seul déchet que l’on triait, c’était les gravats, et encore. Pour moi, grâce à notre métier, on contribue tous les jours à faire quelque chose pour protéger la planète, pour les générations futures ! », s’exclame Francis.

Transmission du savoir

Son implication et son engagement ont conduit Francis à épauler ses responsables pour former les nouvelles recrues. Parce que l’exploitation des déchets n’a plus aucun secret pour lui, Sébastien Levron, son responsable et attaché d’exploitation à l’Ecopôle de Lanester de SUEZ, lui fait entièrement confiance pour évaluer les qualités humaines, les connaissances et compétences des nouveaux conducteurs. « Je leur enseigne les process et vérifie qu’ils sont capables de conduire le camion en toute sécurité et tout en douceur pour préserver le matériel et émettre moins de CO2, de respecter les consignes de sécurité, les plannings, les horaires, les réglementations propres à la collecte et au traitement des déchets », précise Francis. Grâce à Francis et à tous ces hommes et ces femmes œuvrant chaque jour à la bonne marche du schéma opérationnel de collecte, de tri et de recyclage, l’avenir des meubles usagés est décidément entre de bonnes mains !

Publié le 20/09/2018
Que pensez-vous de cet article ?
  • Malin ! (1)
  • Utile ! (0)
  • Motivant ! (2)