Actualités

Regards croisés sur notre campagne d’appels d’offres

Fin décembre 2018, nous avons lancé une campagne d’appels d’offres pour nos marchés de ramassage, de tri et de préparation des meubles et matelas usagés en vue de leur recyclage et de leur valorisation. Quels sont les objectifs et modalités de ces appels d’offres ? Rencontre avec Dominique Mignon, Directrice générale, Louis-Paul Laclaire, Directeur des achats, des systèmes et de la planification et de Loup Aranda, Responsable Appels d’offres d’Eco-mobilier pour connaître les tenants et aboutissants de ces appels d’offres, qui constituent un enjeu majeur.

Pour s’inscrire, être référencé et/ou candidater à nos appels d’offres, rendez-vous sur consultation.eco-mobilier.fr.

Pouvez-vous nous en dire plus sur cette campagne d’appels d’offres ?

Louis-Paul Laclaire : Cette campagne d’appels d’offres pour les contrats de prestation de collecte et de traitement des déchets d’éléments d’ameublement (DEA) est la troisième qu’Eco-mobilier a lancée depuis le début de son activité. Comme pour les précédentes campagnes, celle-ci concerne toute la France métropolitaine, pour des contrats d’une durée de 2 ans minimum.

Dominique Mignon : Notre premier appel d’offres pour ces marchés date de 2013, au moment où nous mettions en place les premiers jalons de notre schéma opérationnel de collecte, tri et recyclage des meubles usagés. A cette époque, nous avions encore peu de connaissances sur les tonnages, le gisement, les caractéristiques des déchets. Nous n’avions pas encore de visibilité sur la montée en puissance à venir. Le deuxième appel d’offres, que nous avons lancé en 2015/2016, correspond à la montée en puissance de la filière et s’inscrit dans la continuité du premier. Le troisième appel d’offres, que nous avons lancé fin décembre 2018, s’inscrit quant à lui dans l’objectif ambitieux et éco-responsable que nous nous sommes fixés dans le cadre de notre deuxième agrément : viser le zéro enfouissement de tous les meubles et matelas usagés à horizon 2023. Pour relever ce défi, nous devons pouvoir être en capacité de valoriser les quantités importantes de meubles et matelas usagés que nous allons collecter. En effet, à partir de 2020, date à laquelle les contrats inhérents à cet appel d’offres seront effectifs, nous allons être sur un rythme d’un million de tonnes de meubles et matelas usagés à valoriser par an ! 

image-illustration

"A partir de 2020, nous allons être sur un rythme d’un million de tonnes de meubles et matelas usagés à valoriser par an !"

Dominique Mignon, Directrice Générale d'Eco-mobilier

Qu’attendez-vous de cette campagne d'appels d'offres ?

Dominique Mignon : Compte-tenu de cet enjeu majeur que représente ce million de tonnes de meubles et matelas usagés à valoriser par an, il est essentiel de se donner les moyens pour permettre le développement des débouchés matières et combustible en France, en proposant les garanties nécessaires pour que les opérateurs puissent investir et innover. Nous devons donc mettre en place des partenariats stables et pérennes avec les opérateurs et leurs exutoires. C’est ainsi que nous pourrons atteindre l’objectif zéro enfouissement de tous les meubles et matelas usagés à horizon 2023. Aujourd’hui, nous constatons qu’il y a certains secteurs dans lesquels il y a des tensions sur les capacités dans les exutoires. Nous souhaitons que ces appels d’offres puissent être l’occasion de faire émerger les projets de nouveaux exutoires, en partenariat avec les opérateurs. Nous proposons donc aux candidats à notre consultation de nous apporter des exutoires, même s’ils ne sont pas encore opérationnels. En fonction des engagements qu’ils seront prêts à prendre et leur pérennité, nous pourrons à notre tour nous engager sur des quantités de DEA que nous pourrons fournir à ces exutoires sur la durée, de manière à ce qu’ils aient les conditions économiques suffisantes pour voir le jour. Nous voulons ainsi, à travers cette campagne d’appels d’offres, apporter de  la visibilité et des garanties aux acteurs de la préparation, du recyclage et de la valorisation sur les volumes et la qualité des produits.

Voir aussi :

Loup Aranda : A travers cette campagne d’appels d’offres, nous cherchons également à optimiser les coûts de la filière, en redéfinissant des zones plus rationnelles de chalandise autour des centres de tri. Au lieu d’attribuer un département à un centre de tri qui peut être très éloigné d’une grande partie des points d’enlèvement du département, nous allons définir une zone optimale autour de lui, afin de rapprocher les centres de tri des points d’enlèvement.

Louis-Paul Laclaire : Dans le cadre de cet appel d’offres, un nouveau dispositif a de plus été mis en place. Au lieu de compartimenter les prestations dans toute une série de marchés, nous avons rassemblé nos prestations historiques dans un catalogue accessible aux candidats. Ces derniers peuvent ainsi sélectionner dans ce catalogue les prestations qu’ils peuvent réaliser dans le cadre d’un partenariat pérenne avec Eco-mobilier.  Chaque opérateur, préparateur de matières ou de combustible, peut se positionner sur plusieurs prestations pour chaque site. Ce dispositif apporte simplicité et synergie, avec la possibilité de contrats basés sur les savoir-faire de l’opérateur et sur une parfaite intégration des prestations sur son site.

image-illustration

"Chaque opérateur, préparateur de matières ou de combustible, peut se positionner sur plusieurs prestations pour chaque site."

Louis-Paul Laclaire, Directeur des achats, des systèmes et de la planification

Qu’est-ce que concrètement une entreprise candidate va pouvoir proposer ?

Louis-Paul Laclaire : Les candidats peuvent proposer du ramassage sur les déchèteries, sur les points d’enlèvement des structures de l’économie sociale et solidaire et des professionnels ou encore du tri sur site des déchets d’éléments d’ameublement (DEA) par matériaux majoritaires, comme c’est le cas aujourd’hui. Ce même site aura la possibilité de préparer du bois, pour l’adresser en valorisation ou en recyclage à un exutoire. Il pourra aussi préparer le plastique ainsi que les valorisables servant à faire du combustible solide de récupération (CSR), combustible pouvant se substituer aux énergies fossiles, dans les cimenteries et certains réseaux de chaleur urbain. Toutes ces prestations font partie de notre catalogue.

Comment les candidats potentiels peuvent-ils répondre à vos appels d’offres ?

Loup Aranda : Nous avons conçu, avec un partenaire, une plateforme en ligne de consultation, consultation.eco-mobilier.fr, dédiée à Eco-mobilier. Objectif ? Faciliter les démarches des candidats. C’est en effet un mode de consultation que les entreprises avec lesquelles nous travaillons ont l’habitude d’utiliser. C’est une solution bien implantée, leader dans le domaine des achats. Sur cette plateforme, ouverte 24h/24, 7 j/7, les candidats peuvent soumettre leur offre de manière dématérialisée, remplir les grilles de prix, soit sur un support Excel, soit directement en ligne et répondre à nos grilles de questions techniques. Depuis le lancement de la campagne d’appels d’offres, tous les documents de consultation, – les contrats types, le règlement de consultation, les annexes où les candidats peuvent obtenir toutes les informations sur les tonnages, les localisations des points d’enlèvement…-, sont en ligne sur la plateforme. C’est sur cette plateforme que tous les échanges sont par ailleurs réalisés. Les entreprises inscrites sur la plateforme seront par la suite automatiquement invitées à toutes nos consultations qui concernent leur activité. C’est également un lieu de référencement de tous les opérateurs potentiels, qui nous permettra de cibler les entreprises adéquates lorsqu’il s’agira de lancer de nouvelles opportunités de marché.

image-illustration

"Les candidats peuvent soumettre leur offre sur une plateforme ouverte 24h/24, 7 j/7 : consultation.eco-mobilier.fr."

Loup Aranda, Responsable Appels d’offres

Comment s’organise la campagne d’appels d’offres en termes de planning ?

Louis-Paul Laclaire : Toutes les entreprises inscrites sur la plateforme de consultation ont reçu fin décembre un courriel les informant de l’ouverture de la campagne et de la publication des documents de consultation. Les candidats ont, depuis, accès au cahier des charges, au contrat type, au règlement de consultation. Ils ont désormais jusqu’au 12 mars 2019 pour travailler leurs réponses et les saisir sur la plateforme en ligne. Nous avons également lancé début janvier le recensement d’exutoires.

Loup Aranda : A l’intérieur de ce calendrier général, il y a aussi les appels d’offres sur les prestations de transport (transports de déchets en vrac, fond mouvant alternatif, transport de balles de couettes et oreillers usagés, de matelas, de palettes…) et les prestations de collecte alternative (collecte de proximité, déchèterie mobile, collecte en porte-à-porte, collecte de flux dispersés…), qui vont être lancés prochainement.

image-illustration

"Les candidats ont jusqu’au 4 mars 2019 pour soumettre leurs offres. Nous avons également lancé début janvier le recensement d'exutoires."

Louis-Paul Laclaire, Directeur des achats, des systèmes et de la planification

Comment étudiez-vous et sélectionnez-vous les dossiers de candidatures ?

Louis-Paul Laclaire : Tous les dossiers sont étudiés. Nous analysons chaque offre et analysons sa place dans le schéma opérationnel global, c’est à dire, comment les sites et les prestations proposés par chacun des candidats peuvent fonctionner ensemble. Ce travail conséquent d’orchestration du schéma opérationnel est très intéressant car il permet, avec l’aide d’algorithmes mathématiques, de dessiner le meilleur schéma pour servir nos objectifs de recyclage et de Zéro enfouissement des meubles et matelas usagés. Nous pouvons être amenés par ailleurs à demander aux candidats des compléments d’informations notamment techniques.

Quand annoncerez-vous les candidatures sélectionnées ?

Louis-Paul Laclaire : Nous notifierons en octobre 2019 les candidats retenus, ce qui leur permettra d’avoir le temps nécessaire pour être prêt à assurer les prestations dès le 1er janvier 2020.

Publié le 23/01/2019
Que pensez-vous de cet article ?
  • Malin ! (0)
  • Utile ! (0)
  • Motivant ! (1)