Vous avez sélectionné des documents à télécharger. En quittant le site, votre sélection sera perdu.

Quittez le site Voir mon dossier
Grand Public

Formation à la revalorisation du matériau bois au FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI : Portrait de Baptistin Landon, encadrant technique d’insertion

Baptistin Landon : transmettre le savoir-faire et le savoir-être

 

La semaine dernière nous avons présenté le parcours de Léa Clair, qui fait partie des 10 stagiaires de l’Atelier et Chantier d’insertion menuiserie du FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI sélectionnés pour suivre la formation qualifiante au réemploi du matériau bois dispensée au sein de l’association. Aujourd’hui, c’est au tour de Baptistin Landon, encadrant technique d’insertion, de nous raconter comment il a œuvré à la mise en place de ce programme.

Un diplômé de la filière bois au service du FOYER

Encadrant technique d’insertion à l’Atelier et Chantier d’insertion menuiserie du FOYER, Baptistin Landon se consacre également à la formation qualifiante au réemploi du bois et ses dérivés. Un emploi rêvé qui allie son cœur de métier, la menuiserie-ébénisterie, et sa vocation, la transmission de son savoir-faire dans un contexte social et solidaire. « Je me suis impliqué dans ce projet dès le départ, en participant notamment au choix des stagiaires », explique-t-il. « Assister aux entretiens d'embauche m'a permis de me projeter avec le groupe que j'allais constituer pour cette aventure ».

Le travail d'équipe, un défi à relever

Contrairement aux formateurs qui n'interviennent qu'une semaine par mois, Baptistin accompagne les salariés au quotidien dans leur formation. « A la manière d’un chef d’atelier, j’ai pour rôle de les accompagner individuellement tout au long de leur travail sur leur meuble, en harmonie avec le reste de l’équipe. Un vrai chef d'orchestre ! », confie-t-il. « La difficulté est de faire face à des salariés qui n'ont pas ou plus l'habitude de travailler seul ou en équipe. Au-delà d’un savoir-faire, c'est aussi un savoir-être qu'il faut leur transmettre ». Baptistin soumet son équipe à des rituels de travail stricts, comme dans n'importe quelle autre entreprise, afin de favoriser leur retour à l'emploi à l'issue de la formation. « On choisit ensemble un meuble de départ. Ensuite on détermine les étapes chronologiques et une méthodologie de travail pour parvenir au résultat souhaité. Enfin, je leur donne un objectif temps afin de se rapprocher du schéma de productivité à laquelle ils seront confrontés dans une entreprise classique. »

Et après ?

Une fois cette première session terminée, Baptistin accueillera d’autres candidats à la formation. « Chaque salarié que je rencontre est un nouveau défi pour moi. Je propose à chacun d'entre eux une formation personnalisée en fonction de leur profil de leur projet professionnel, de leurs compétences ou expériences, de ce qu'ils souhaitent apprendre... Une faculté constante d'adaptation qui est particulièrement appréciée des stagiaires. 

Que pensez-vous de cet article ?