Vous avez sélectionné des documents à télécharger. En quittant le site, votre sélection sera perdu.

Quittez le site Voir mon dossier
Bonne pratique

En Belgique, des distributeurs de meubles adoptent l’éco-participation

Plusieurs importants négociants belges ont adhéré au dispositif d’éco-participation français. Leurs clients transfrontaliers peuvent ainsi s’acquitter de cette contribution au recyclage, avant l’arrivée en France des meubles achetés en Belgique.

373x362.png

Faire ses courses en Belgique afin d’élargir ses possibilités de choix est – depuis longtemps – un geste courant pour les habitants du nord et du nord-est de la France.

Cependant, l’éco-participation (dont le but est de financer le recyclage des meubles usagés) est nationale et n’existe pas encore en Belgique. Résultat : les meubles achetés en Belgique par les transfrontaliers, puis utilisés en France, seront finalement jetés puis recyclés sur le territoire français, sans que ce traitement ne soit financé.

Du point de vue des distributeurs hexagonaux, cette disparité entre les deux pays peut aussi fausser la concurrence, puisqu’en France l’éco-participation vient s’ajouter au prix du meuble au moment de son achat.

Le public, de plus en plus sensible à l’environnement

Progressivement, la situation change. Dominique Flahaut, président de la Chambre régionale de l’ameublement des Hauts-de-France observe avec attention les évolutions qui se font jour chez les confrères belges : « C’est d’abord une question environnementale. Parce que le but est de pouvoir traiter les meubles usagés afin d’éviter leur enfouissement. Bien sûr, cela entraîne un coût. Mais le public, de plus en plus sensible aux questions environnementales, le comprend. Les distributeurs aussi, qui perçoivent le gain en termes d’image positive pour eux. C’est  pourquoi d’importants négociants belges ont déjà adhéré à Eco-mobilier. Il reste néanmoins une multitude de petits négociants à convaincre. Pour cela, il faut miser sur une argumentation citoyenne: grâce au recyclage, les matières peuvent servir à autre chose. Cela crée des emplois. Tout un travail de prise de conscience reste à entreprendre ».

3 questions à Dominique Derycke (Communication manager chez Gaverzicht)

« Nos clients français sont conscients de la nécessité du recyclage »

Gaverzicht, un des leaders de la distribution du meuble en Belgique, a choisi d’adhérer à Eco-mobilier et d’appliquer l’éco-participation pour ses clients transfrontaliers français. 

Gaverzicht a choisi d'adhérer à Eco-mobilier, pourquoi? 

Dominique Derycke : Nous avons une large clientèle française à laquelle nous proposons un service de livraison à domicile. Nous sommes conscients de l’importance du recyclage pour un avenir meilleur. C’est pourquoi nous avons choisi d’adhérer au projet Eco-mobilier.

Comment informez-vous les consommateurs du mécanisme de l'éco-participation? 

D.D. : Nos vendeurs sont formés afin de bien informer les clients français du rôle de l’éco-participation.  Des panneaux informatifs, fournis par Eco-mobilier, sont affichés dans nos points de vente.

Quelles évolutions observez-vous dans la façon dont vos clients perçoivent le recyclage des meubles en fin de vie? 

D.D. : Les clients français sont positifs vis-à-vis du projet, puisqu’ils sont conscients de la nécessité du recyclage afin de limiter l’empreinte environnementale des meubles. Ils comprennent aussi que ce recyclage représente un coût.  Avec l’éco-participation, ils y contribuent lors de l’achat.

Que pensez-vous de cet article ?